Zelda - Twilight Princess

Publié le par Tigrou

Fantasy


Dans un précédent article, je vous avais parlé d'un vieux jeu que j'aime toujours autant : c'est Zelda, A Link To The Past. Bien que les épisodes auxquels j'ai pu jouer sur Nintendo 64 aient toujours été réussis (Zelda étant l'une des rares sagas dont chaque épisode soit une réussite), je trouvais que le passage à la 3D, toute récente à l'époque, avait enlevé une partie du charme et de l'enchantement qu'avait l'épisode Super Nintendo.

C'est donc avec une certaine appréhension que j'avais saisi, il y a presque un an maintenant, ma Wiimote et mon Nunchuk pour essayer l'épisode sur Wii, à savoir Twilight Princess.



Que dire si ce n'est que cet épisode surpasse tous les autres ?

A la fois dissemblables et en même temps unies par un lien indéfinissable, les aventures du valeureux Link ont toujours été une réussite vidéoludique, ce qui est déjà une incroyable prouesse. Mais Twilight Princess surpasse de loin tous les autres épisodes, y compris A Link To The Past, pourtant si cher à mon coeur.

La première chose que l'on constate en prenant en main la bête, c'est le maniement particulier lié à la Wii. Si l'on retrouve la plupart des classiques, les spécificités de la Wiimote et du Nunchuk permettent une immersion dans le jeu comme jamais. Ce qui permet clairement de constater à quel point le plaisir que l'on peut ressentir lorsqu'on s'adonne à un jeu vidéo dépend de l'immersion.

Loin de se laisser plomber par la pression, les développeurs ont su sortir un jeu grandiose, un titre qui reprend le meilleur d'influences diverses, telles que Shadow of Colossus, Le Seigneur des Anneaux ou encore Princesse Mononoke de Hayao Miyazaki (les citer toutes serait bien trop long ...). Ainsi, d'une manière générale, tous les éléments indissociables de l'univers de Zelda ont été magnifiés à l'extrême pour, tout en conservant l'empreinte de la saga et la beauté de l'univers d'Hyrule, lui donner un souffle épique incroyable.

Entre les combats contre les orcs (notamment lors de chevauchées mémorables), les transformations en loup, les énigmes (certes, on retrouve bon nombre d'énigmes plus ou moins connues et relativement prévisibles, mais n'y en a-t-il pas autant d'inédites ?), les mini-quêtes annexes (qui sont incroyablement nombreuses et variées), tous ces éléments ne représentent au final qu'une des facettes de ce titre qui nous réserve bien plus de surprises qu'on n'aurait jamais osé l'espérer.

Cet article ne serait pas complet si je ne vous parlait pas de la musique, indissociable de la saga. Si elle n'est pas aussi présente que dans d'autres épisodes, elle reste toujours magnifique, notamment au travers de thèmes sublimes, dont des morceaux d'anciens épisodes remixés (pour le plus grand bonheur des nostalgiques ...). Et que dire des bruitages qui sortent du petit haut-parleur de la Wiimote ? Tout pour renforcer encore une fois l'immersion !

J'ai passé de longues heures à arpenter les donjons, terrasser des monstres et résoudre des énigmes parfois complexes ... et je ne regrette rien : du bonheur à l'état pur ! A la fois poétique, onirique, épiqueviolente et sauvage, cette oeuvre magistrale renferme tout ce dont je pouvais rêver pour un nouvel épisode de la plus belle des sagas vidéoludique.



Pour en savoir plus, il existe aussi un site officiel : http://www.zelda.com/tp/.

Publié dans Jeux vidéo

Commenter cet article